Contribution au débat au sein d’ ATTAC sur la question de l’Ecole

POUR LA DÉFENSE DU SERVICE PUBLIC DE RECHERCHE ET D’ÉDUCATION

MOBILISONS-NOUS POUR DES ÉTATS GÉNÉRAUX DE L’ÉCOLE

(proposition de résolution-ATTAC )

Les réformes mises en œuvre ou programmées par les Ministères de l’Education Nationale et de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche constituent un dispositif de déstabilisation sans précédent de l’Ecole, depuis le primaire jusqu’aux laboratoires de recherche et au CNRS : réforme rétrograde et a minima des programmes de l’école primaire et préparation en cours d’une réforme du même type dans le secondaire ; restriction drastique des postes d’enseignants dans le secondaire à la rentrée 2008, cette mesure devant être amplifiée l’année suivante ; abandon des options dites facultatives dans le secondaire, certaines disciplines, linguistiques ou artistiques, étant sacrifiées ; remise en cause .des concours nationaux de recrutement des professeurs et de l’existence des IUFM (Instituts universitaires de formation des maîtres) ;vote de la loi LRU (Liberté et responsabilité des universités) qui renforce le pouvoir des présidents d’université et la main-mise des entreprises privées ; officialisation d’un plan campus qui instaure la concurrence entre universités, entre régions comme entre disciplines ; création de l’ANR (Agence nationale de Recherche) qui, depuis la mise en place des pôles régionaux de compétitivité, contrôle la recherche au nom du gouvernement et en l’absence d’un conseil scientifique démocratique et pluridisciplinaire ; projet de « décentralisation » du CNRS qui mettrait fin à son rôle de pilotage national ainsi qu’à tout objectif d’envergure en matière de coopération interdisciplinaire et qui relèguerait arbitrairement la biologie sous la tutelle de la médecine (à l’INSERM) et les sciences humaines et sociales à l’université.

Cette politique, instituée en l’absence d’une concertation générale avec les partenaires sociaux sur ses enjeux et ses finalités, entraînerait dans les faits une régression conséquente du système d’enseignement et de recherche, qui assure déjà, dans un contexte difficile, le droit aux savoirs et à la culture ainsi que la formation des citoyens et la production de connaissances. Une telle politique s’inscrit dans le cadre de l’Union Européenne qui veut faire « de l’économie européenne l’économie de la connaissance la plus importante du monde » (stratégie de Lisbonne, 2000). Au nom de la compétitivité internationale et de la course à la croissance, au nom également des restrictions budgétaires de l’Etat, s’institue dans les faits une Ecole à la fois mercantile et rétrograde. La volonté autoritaire de formatage des citoyens par le néo-libéralisme se manifeste également dans la réforme du service public télévisuel et dans le vote d’une législation liberticide.

Par conséquent, ATTAC demande un moratoire de ces réformes et appelle à se mobiliser pour la tenue d’États généraux de l’École, en complément des États généraux de la recherche (2004) dont la légitimité des conclusions est reconnue. Un tel cadre permettra de penser l’école de demain, en particulier dans ses missions de lutte contre l’injustice sociale et de formation du citoyen dans un monde devenu plus complexe. Il contribuera à réhabiliter l’exercice démocratique dans notre pays, en proposant à l’opinion publique un interlocuteur uni et constructif. Dans ces conditions, pourront être pris en compte les programmes élaborés par les différents acteurs des sciences, des cultures et de l’éducation tant au niveau international et européen qu’en France, pour le maintien d’un service de qualité et pour la promotion de tous les savoirs comme biens publics mondiaux. En tant qu’organisme d’éducation populaire, ATTAC participera à ces travaux.

Enfin, ATTAC demande au gouvernement français et à l’Union Européenne de prendre des mesures fiscales, comprenant la mise en place d’une taxe sur les mouvements de capitaux spéculatifs, en particulier pour assurer les budgets nécessaires à un fonctionnement convenable de l’Education Nationale, de l’Université et des grands organismes publics de recherche..

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :