Vendredi 17 octobre 2008 : Journée de lutte contre la misère et la précarité…

lundi 8 septembre 2008

Du Collectif des chômeurs et des précaires….

Vendredi 17 octobre 2008 : Journée de lutte contre la misère et la précarité
Nous cherchons une personne pour aller à la réunion préparatoire organisée par l’UFAL (Bernard TAPER) le samedi 13 septembre de 14 à 17 h à la bourse du travail à Paris et pour représenter en sus, le collectif des Sans Rien www.sansrien.net (ASS SANS RIEN Fabienne  SansRien33@aol.com)   qui est basé à Bordeaux et ne peut se déplacer à Paris Téléphone : 05 56 67 59 73    Téléphone portable : 06 64 24 10 28
Proposition d’action pour la « Journée de lutte contre la misère et la précarité » du vendredi 17 octobre 2008 : sortir dans la rue le vendredi 17 octobre à 12 heures et faire du bruit (taper sur des casseroles)
Profiter de cette réunion préparatoire  du 13 septembre 2008 et des suivantes,  pour faire deux autres propositions d’actions ultérieures :
1 – inscription massive de demandeurs de logements sociaux dans les villes huppées (Neuilly sur Seine, Cannes, etc .) et si refus d’inscription de ces villes, procédure judiciaire à l’encontre de ces villes pour faire valoir le droit à résider en tout lieu du territoire français.
2 – Impliquer d’office des organismes internationaux dans la lutte contre la misère en « squeezant » ces organismes : utiliser leur logo et leur présentation dans des tracts en faveur des précaires, procéder à des remises de prix au nom de ces organismes, etc. (voir doc ci-après)
(to squeeze : faire entrer quelque chose de force dans une boite, exercer une pression sur quelqu’un, forcer la main à quelqu’un)
@ + Chantal Cottet représentante www.collectif-justice.net
01 69 90 37 76  &  06 07 94 01 58
Publicités

Grève générale le 10 novembre proposée par le CNR ;-)

mardi 22 juillet 2008

Nous sommes toutes et tous le Conseil National de la Résistance 😉

On ne peut pas attendre que l’inspiration vienne. Il faut courir après avec une massue. (Jack London)

Que faire, aujourd’hui, pour donner un coup d’arrêt à la liquidation, par Sarkozy et le Medef, de notre République et de son modèle social hérité du CNR?

Ce coup d’arrêt ne peut être donné que par une très large mobilisation populaire dans tout le pays et au même moment…

La capacité de révolte de notre peuple est intacte, comme le montrent, partout en France les foyers de résistance qui se développent sous des formes différentes (collectifs, associations, fondations…).

Les conflits sociaux se multiplient. Mais ne convergent pas…

L’alternative politique au capitalisme sauvage se dessine peu à peu. Mais pas assez vite…

Le mouvement social manque de cohésion et de puissance, faute d’une perspective politique réelle.

Il est morcelé et les états-majors syndicaux, ont choisi d’engager, entre eux, une course à la représentativité qui les éloigne de leur base et les fragilise.

La perspective politique, elle, tarde à prendre forme car la réflexion est menée sans l’adhésion des masses populaires.

Les divisions intestines, le culte de l’individualité et des appareils ont détourné trop de citoyens du terrain politique.

Convergence des luttes ET irruption citoyenne du peuple dans le champ politique doivent être obtenues. Maintenant…

Or situation dans laquelle se trouve notre pays nous offre cette possibilité dans les semaines à venir!

L’initiative d’une Grève Générale Reconductible, le 10 novembre 2008 doit être relayée dans tout le pays pendant les congés d’été.

La rentrée de septembre sera l’occasion de la décider partout et deux mois de travail permettront encore d’en assurer le succès.

Sa réussite repose, sur l’engagement, immédiat des forces de chacune et chacun d’entre nous.

Elle donnera une cohésion au mouvement social en donnant l’impulsion indispensable à la mise en place d’un cadre commun de discussions pour coordonner les luttes, organiser la résistance et reprendre les conquêtes.

L’intervention populaire pourra aussi imposer un cadre de réflexion unitaire et attractif qui pourra facilement être élargi aux citoyens, pour la création d’une vraie alternative aux politiques actuelles.

Elle pèsera sur les rassemblements des organisations politiques de fin d’année et aura comme prolongement la nouvelle séquence électorale qui s’ouvre avec les élections de 2009, 2010 et 2012.

Ce camouflet sera enfin un signal très fort en direction des autres pays de l’Union Européenne que Sarkozy préside jusqu’en décembre…

Diffusez cet appel par tous les moyens possibles et imaginables :

Soyons le Conseil National de la Résistance 😉

Résister, c’est créer. Créer, c’est Résister.

www.conseilnationaldelaresitance.fr

14 juillet 2008.